23/11/2016

Retraite des aidants familiaux

retraiteRetraite des aidants familiaux à taux plein dès 65 ans

La Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) a publié le 14 novembre deux circulaires relatives à la retraite des aidants familiaux :

    - Circulaire CNAV pour les aidants familiaux qui s’occupent d’une personne handicapée : lien ici
    - Circulaire CNAV pour les aidants familiaux qui s’occupent d’un enfant handicapé :lien ici

Dorénavant, les aidants familiaux s’occupant d’une personne ou d’un enfant handicapé bénéficieront d’une retraite à taux plein à 65 ans.

L’âge du taux plein a été relevé pour les assurés nés à compter du 1er juillet 1951.

Les assurés concernés doivent posséder l’un des statuts suivants :
- Aidant familial
- Tierce personne auprès d’une personne bénéficiaire de l’Allocation compensatrice pour tierce personne
L’aidant familial ou la tierce personne est une personne qui vient en aide (totalement ou en partie) à une personne handicapée ou dépendante pour les activités de la vie quotidienne.

Le statut d’aidant familial ou de tierce personne
Pour bénéficier du statut d’aidant familial, l’assuré doit déclarer avoir assisté la personne handicapée (en qualité d’aidant familial ou de tierce personne). La déclaration doit être accompagnée des informations suivantes :
- Identité de la personne handicapée aidée
- La période au cours de laquelle l’activité d’aidant familial ou de tierce personne a été exercée
 - L’absence de salariat en contrepartie de l’aide apportée
- L’assuré doit également avoir interrompu son activité professionnelle pendant une durée minimale d’au moins 30 mois consécutifs.

Demande de retraite et prise en compte du statut d’aidant
Lors de la demande de retraite, l’assuré doit indiquer s’il a interrompu son activité professionnelle pendant au moins 30 mois pour s’occuper d’une personne ou d’un enfant handicapé en qualité d’aidant familial ou de tierce personne.

Si les conditions requises sont remplies (justification du statut d’aidant ou de tierce personne, interruption de l’activité…), le bénéfice du taux plein est accordé à l’assuré dès 65 ans. La pension de vieillesse est déterminée dans les conditions de droit commun.

Dans le cas où le bénéfice du taux plein n’est pas accordé, la caisse propose à l’assuré :
- Une pension à taux minoré
- L’ajournement de la demande jusqu’à la date à laquelle il peut prétendre à l’obtention du taux plein.

source : https://www.service-public.fr
crédit photo : http://www.consulaires.com

20:41 Écrit par RSEA dans Blog, INFO, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.