22/05/2017

Quand la volonté est politique.....


la reunionLe "Répit-Repos", un dispositif efficient au service des aidants familiaux
"À chaque partage d'expérience, on se sent moins seul et on fait le plein d'énergie pour repartir de plus belle."

SOLIDARITÉ.
Mesure phare de la loi d'adaptation de la société ausituation vieillissement, le "Répit-Repos" permet aux proches qui aident, en permanence, des personnes âgées ou porteuses de handicap, de souffler. À La Réunion, nombre de familles en font un usage heureux.

"C'est vraiment un grand bol d'air dans ma vie, une parenthèse qui fait du bien ! C'est un grand soulagement," s'exclame Jacqueline. Maman d'une fille adulte handicapée (psychomoteur) elle fait régulièrement appel au "Répit-Repos".
De quoi s ˜agit-il ? "C'est un dispositif qui permet, à nous autres aidants familiaux, de vaquer à nos occupations journalières ou alors de prendre quelques jours de vacances dans un cadre adapté."

En semaine, il lui arrive de laisser sa protégée aux bons soins d'une personne agréée afin de remplir les diverses et multiples obligations qui sont celles de l'active retraitée qu'elle est. Parfois même, en compagnie de son mari, elle s'accorde un week-end dans l'une ou l'autre structure hôtelière mise en place dans ce cadre. "À ce moment-là, nous confions notre fille à la garde de notre fils aîné ou à un autre membre de la famille. Mais, il y aurait, aussi, la possibilité, de la laisser à une personne agréée."

Jacqueline pourrait, tout aussi bien, s'offrir par ses propres moyens, une escapade dans un établissement huppé de l'île, mais ce qu'elle retire de ses "séjours Grand'R" ou des "Kaz Grand'R" n'est en rien égalable. "Ce sont des rendez-vous conçus spécialement pour nous les aidants, avec des activités et des conférences enrichissantes. On apprend beaucoup sur nos droits, sur la législation, sur la santé, sur la psychologie ; on s'adonne au yoga, à la gymnastique ; on rencontre d'autres familles avec lesquelles on partage des expériences et des chemins de vie. À chaque fois, on se sent moins seul et on fait le plein d'énergie pour repartir de plus belle à la tâche."

Le "Répit-Repos" institué par le conseil départemental en 2010, a aujourd'hui toute sa place dans le tissu de l'action sociale de l'île, maillant des réseaux multiples (État, collectivités locales, associations !). L'attribution de la bourse d'heures, pour une prise en charge globale de l'accompagnement, est soumise systématiquement à une évaluation au domicile de l'aidant par une infirmière.

"Cette action répond aux orientations de la politique d'action sociale menée par la collectivité sur l'accès aux vacances et loisirs, en particulier en faveur des populations en difficultés, en situation de handicap, de dépendance," expliquent les services compétents du palais de la Source.

Une action frappée au coin du bon sens et de la responsabilité collective quand on sait que l'épuisement est une des principales causes de maltraitance au sein des familles confrontées à une personne âgée ou handicapée.

Les non-professionnels sont majoritaires
Sur les 68 000 aidants, les non-professionnels sont majoritaires. 70 % des aidants (soit environ 48 000 personnes), sont des aidants non-professionnels et quasi exclusivement des membres de la famille. Il apparaît également que 3 adultes handicapés sur 4 (environ 11 400) reçoivent une aide régulière en raison de leur état de santé. C’est ainsi que 20 000 personnes aident les adultes handicapés à accomplir les actes de la vie courante. Dans 8 cas sur 10, l’aide apportée est uniquement non-professionnelle. L’INSEE prévoit à l’horizon 2030, 250 000 personnes âgées de plus de 60 ans, soit le quart de la population totale de La Réunion. Sur notre territoire, les situations d’incapacité et de dépendance apparaissent plus précocement, et le processus de vieillissement intervient plus tôt, en moyenne dès 50 ans. Selon l’Observatoire Régional de la Santé, sur la base de l’enquête HID (Handicaps-incapacités-dépendance) réalisée en 2004 à La Réunion, 2 personnes âgées aidées sur 3 (30 000) le sont uniquement par leur entourage.

Formules
- La Bourse d’heures est un service ponctuel consistant à libérer temporairement le proche aidant du rôle d’accompagnement qu’il tient, pour lui permettre de prendre du temps pour des activités ou des démarches. - Le Séjour "Grand’R" est un séjour de rupture en pension complète proposé autour de deux offres : le séjour Détente/loisirs sur le site du Village Corail à Saint-Gilles-les-Bains et le séjour Détente/relaxation sur le site du Village des Sources à Cilaos. - La Kaz Grand’R. Maison d’accueil des aidants offre des journées et séjours aux proches aidants. Un accompagnement global est proposé à partir d’une programmation d’activités formatives et informatives telles que des ateliers de développement personnel, formations thématiques. - Le "Café des aidants" (label de l’Association française des aidants) il s’agit de lieux, des temps et des espaces d'information, destinés à tous les aidants, quels que soient l'âge et la pathologie de son proche. Ces rencontres mensuelles sont co-animées par un travailleur social et un psychologue experts de la question. À chaque rencontre une thématique est proposée pour amorcer des échanges. L’objectif est d’offrir un lieu dédié, pour échanger et rencontrer d'autres aidants dans un cadre convivial.

Étude
Selon une étude du ministère de la Santé et des Affaires sociales, le nombre pourrait bondir avec le vieillissement de la population. La part des plus de 60 ans devrait passer en effet de 22 % en 2007 à 32 % en 2060. Ces aidants ont en moyenne 59 ans et 53 % sont des femmes. 20 % d’entre eux ressentent une charge importante du fait de leur aide, moyenne ou lourde. 56 % des aidants qui ressentent une charge lourde déclarent que celle-ci affecte leur santé et 83 % déclarent éprouver un sentiment de solitude.

Quelques chiffres
Sur l’année 2016 le dispositif "Répit-Repos" se décline selon les chiffres suivants : - 26 532 heures réalisées au domicile dans le cadre de la Bourse d’heures (1 713 bénéficiaires) ; - 451 séjours Grand’R opérationnalisés (1 254 bénéficiaires) ; - 29 journées et 13 séjours de répit réalisés à la Kaz Grand’R (700 bénéficiaires) ; - 34 cafés des aidants : (243 bénéficiaires).

Définition
La Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie définit comme suit un aidant familial : "Toute personne qui vient en aide, à titre non-professionnel, en partie ou totalement, à une personne âgée dépendante ou une personne handicapée de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne." 

source : https://www.clicanoo.re
crédit photo : https://sandral3fle.,http://www.ouest-france.fr,http://julien.baret.de.la.roussonniere.over-blog.com

07:54 Écrit par RSEA dans Blog, INFO, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

20/05/2017

Sous la pluie.....

Sortie du 18 Mai 2017 à TOULOUSE.

toulouse 01C'est au départ de MONTAUBAN que nous avons pris le train pour nous rendre à TOULOUSE, dans la bonne humeur.
Arrivés à la gare Matabiau, sous une pluie battante, nous sommes allés rejoindre "notre bateau" afin de profiter d'une mini croisière sur le Canal du Midi entre la gare de TOULOUSE et le port canal de RAMONVILLE, croisière agrémentée d'un excellent repas.
Dommage pour la luminosité, la visibilité..... et j'entoulouse 02 passe, mais le beau temps n'était vraiment pas de la partie, ce qui ne nous a pas empêchés de passer un très bon moment convivial entre aidants,  un "moment pour soi " partagé par tout un groupe.
La prochaine sortie est déjà en préparation....


18/05/2017

"Savoir être aidant"....

toileVu pour vous sur la toile, des conseils, des astuces.... pour "savoir être aidant".
Une formation gratuite en ligne est aussi proposée : lien ici



source : http://www.savoiretreaidant.fr/#/

08:06 Écrit par RSEA dans Blog, INFO, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

15/05/2017

En Europe.....

ue
UE : proposition de directive pour un équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et aidants

Adoption d’une proposition de directive sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et aidants visant à modifier les règles du congé parental.

Le 26 avril 2017, la Commission européenne a adopté une proposition de directive concernant l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et aidants et abrogeant la directive 2010/18/UE du Conseil.
Cette proposition établit de nouvelles normes minimales, au niveau de l’Union européenne (UE), en matière de congé de paternité, de congé parental et de congé d’aidant. Elle vise une meilleure conciliation entre la vie professionnelle et la vie privée ainsi que l’égalité entre les femmes et les hommes concernant leurs chances sur le marché du travail.ce

Le texte suggère d’introduire un droit à un congé de paternité de dix jours et à un congé d’aidant de cinq jours par an au niveau de l’UE, rémunérés ou indemnisés au moins à hauteur de ce que le travailleur concerné aurait reçu en cas d’absence pour maladie.
De plus, la proposition instaure un droit individuel minimal à un congé parental de quatre mois, non transférable d’un parent à l’autre.

Par ailleurs, la Commission souhaite promouvoir le droit à des "formules souples de travail" pour les travailleurs ayant des enfants de moins de 12 ans et les travailleurs aidants, dans le but de s’occuper de leurs proches. Elle envisage ainsi de leur permettre le recours au télétravail, à des horaires de travail flexibles ou à une réduction du temps de travail.

Enfin, la proposition de directive vise l’interdiction des traitement défavorable des salariés au motif qu’ils auraient demandé l’un des congés précités ainsi que la protection contre le licenciement des travailleurs ayant demandé de tels congés ou ayant exercé leur droit aux formules souples de travail.

source : http://www.lemondedudroit.fr
crédit photo : http://www.valerie-lacroute.fr

14:04 Écrit par RSEA | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook