• Sous la pluie.....

    Sortie du 18 Mai 2017 à TOULOUSE.

    toulouse 01C'est au départ de MONTAUBAN que nous avons pris le train pour nous rendre à TOULOUSE, dans la bonne humeur.
    Arrivés à la gare Matabiau, sous une pluie battante, nous sommes allés rejoindre "notre bateau" afin de profiter d'une mini croisière sur le Canal du Midi entre la gare de TOULOUSE et le port canal de RAMONVILLE, croisière agrémentée d'un excellent repas.
    Dommage pour la luminosité, la visibilité..... et j'entoulouse 02 passe, mais le beau temps n'était vraiment pas de la partie, ce qui ne nous a pas empêchés de passer un très bon moment convivial entre aidants,  un "moment pour soi " partagé par tout un groupe.
    La prochaine sortie est déjà en préparation....


  • "Savoir être aidant"....

    toileVu pour vous sur la toile, des conseils, des astuces.... pour "savoir être aidant".
    Une formation gratuite en ligne est aussi proposée : lien ici



    source : http://www.savoiretreaidant.fr/#/

  • En Europe.....

    ue
    UE : proposition de directive pour un équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et aidants

    Adoption d’une proposition de directive sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et aidants visant à modifier les règles du congé parental.

    Le 26 avril 2017, la Commission européenne a adopté une proposition de directive concernant l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et aidants et abrogeant la directive 2010/18/UE du Conseil.
    Cette proposition établit de nouvelles normes minimales, au niveau de l’Union européenne (UE), en matière de congé de paternité, de congé parental et de congé d’aidant. Elle vise une meilleure conciliation entre la vie professionnelle et la vie privée ainsi que l’égalité entre les femmes et les hommes concernant leurs chances sur le marché du travail.ce

    Le texte suggère d’introduire un droit à un congé de paternité de dix jours et à un congé d’aidant de cinq jours par an au niveau de l’UE, rémunérés ou indemnisés au moins à hauteur de ce que le travailleur concerné aurait reçu en cas d’absence pour maladie.
    De plus, la proposition instaure un droit individuel minimal à un congé parental de quatre mois, non transférable d’un parent à l’autre.

    Par ailleurs, la Commission souhaite promouvoir le droit à des "formules souples de travail" pour les travailleurs ayant des enfants de moins de 12 ans et les travailleurs aidants, dans le but de s’occuper de leurs proches. Elle envisage ainsi de leur permettre le recours au télétravail, à des horaires de travail flexibles ou à une réduction du temps de travail.

    Enfin, la proposition de directive vise l’interdiction des traitement défavorable des salariés au motif qu’ils auraient demandé l’un des congés précités ainsi que la protection contre le licenciement des travailleurs ayant demandé de tels congés ou ayant exercé leur droit aux formules souples de travail.

    source : http://www.lemondedudroit.fr
    crédit photo : http://www.valerie-lacroute.fr

  • Besoin d'informations

    infoLes aidants ont «besoin d'informations concrètes» selon une psychologue

    Selon la psychologue Valérie Larcher, les aidants ont besoin de partager leurs expériences, avant d'être en situation d'épuisement psychologique
    Psychologue clinicienne, Valérie Larcher anime le programme d’éducation thérapeutique d’aide aux aidants des personnes atteintes de maladies neurodégénératives à l’hôpital de jour Paul-Berthaux de Sevran (Seine-Saint-Denis). 

    - Dans quel état sont les aidants que vous accueillez ?
    Valérie Larcher. C'est variable. S'ils sont orientés vers des structures de répit, ça va. Sinon, on voit des aidants en telle situation d'épuisement physique et psychologique que les médecins doivent prescrire un repos thérapeutique. Tout dépend de l'histoire de vie de chacun. Et de la culture d'origine de la famille.

    - De quoi ont-ils besoin ?
    D'information concrète sur les aides, de partager leur expérience avec d'autres. Et qu'on leur demande : et vous ? Comment vous allez ? Les enfants des aidants, qui sont souvent eux-mêmes des aidants, ont particulièrement besoin de reconnaissance.

    - Que leur recommandez-vous ?
    De prendre soin d'eux-mêmes. S'ils ne font pas attention à eux, ils ne feront pas attention à leurs proches, au risque de mettre le maintien à domicile de leur proche en péril. Il faut prendre des vacances, avoir des loisirs autant que possible.

    - En sont-ils empêchés pour des raisons financières ?
    Oui, car le maintien à domicile est un gouffre financier ! L'APA, c'est très bien, mais comme l'allocation est alignée sur les revenus, il y a un reste à la charge des patients. Débourser 50 euros quand on en touche 400 euros par mois, c'est énorme. Or les protections contre l'incontinence, le matériel... tout est très coûteux.
    De nombreux aidants doivent combler ces dépenses eux-mêmes. Le pire, c'est que les solutions qu'on leur propose pour les soulager ont un coût, malgré les aides.

    image
     source : http://www.leparisien.fr
      crédit photo : http://www.grand-dictonnaire.com